Éoliennes de Commer : le débat n’est pas clos

Ouest France 13 avril 2011Le château de Bourgon, entre Bergeard et Montourtier, est situé à quatre kilomètres du lieu d’installation des futures éoliennes.

La distance du parc éolien est situé à 2,3 km de l’environnement classé du château et non pas à 4 km comme l’a indiquée l’entreprise Abowind.

Une nouvelle simulation a été menée à l’aide de ballons sondes, mardi 12 avril. Objectif : mesurer l’impact visuel du futur parc éolien depuis le château de Bourgon. Classé monument historique, il accueille trois mille visiteurs par an. Les propriétaires, qui estiment que les trois éoliennes visibles de leur château leur porteront préjudice, ont fait appel à une avocate. La décision finale appartient au préfet. L’enquête publique doit d’abord être menée. Elle devrait débuter à la rentrée prochaine.

+ d'articles qui peuvent vous intéresser ...

3 réponses à Éoliennes de Commer : le débat n’est pas clos

  1. Un lecteur de Ouest France dit :

    Écho à l’article Ouest France du jeudi 14 avril: Eoliennes de Commer… dans l’édition mayennaise.

    Allons, le désastre de Fukushima ne fait pas que des désespérés… Le lobby éolien y trouve même un argument de vente pour ses ouvrages de 145 m de haut (mais qui n’apparaîtraient, à 4 km, « pas plus gros qu’une tête d’épingle »). « C’est ça ou le nucléaire » déclare avec finesse le représentant d’Abo Wind. Quant aux pisse-froid qui auraient encore l’indécence de trouver l’objet aussi moche que le cynisme et le chantage de ses promoteurs, qu’ils se rassurent : ces champs de robots Moulinex grands comme des demi-tours Eiffel ne sont que de fugitives apparitions à leurs fenêtres : « Une éolienne dure vingt ans, puis on la démonte… » Aux frais de l’exploitant, comme les centrales obsolètes ? Pour la remonter plus loin ? Ou pour en reconstruire d’encore plus hautes et plus moches …

    Parler esthétique fait chichiteux ? Alors soyons pragmatiques : Le dogme productiviste qui continue de nous gouverner a jaugé l’éolien depuis longtemps : au mieux un appoint énergétique des plus aléatoires, au pire un placebo coûteux. Une façon de se donner bonne conscience, en quelque sorte, sans avoir à remettre le dogme en question, en attendant le « miracle » (sic) d’énergies plus satisfaisantes…

    Mais, d’ici là, il n’est guère que les aveugles à croire qu’on peut encore choisir entre l’éolien et le nucléaire : en croyant choisir le premier contre le second, ils choisiront de fait l’un et l’autre. En préférant le moche au terrifiant, au nom du bien de tous, ils n’auront fait qu’imposer à tous le moche en prime au terrifiant. Ce n’est pas grave, me dira-t-on, puisqu’ils sont aveugles…

    Un lecteur de Ouest France.

  2. E. Poncelet dit :

    chez nous, en Belgique :

    Les ministres écolos et leurs troupes s’allient avec le Diable

    Ils accordent à GDF SUEZ, un permis de parc éolien de 5 aérogénérateurs , en écrasant tous les arguments défavorables, y compris celui des utorités locales, pour lutter contre un avenir nucléaire .

    GDF SUEZ doit bien pouffer de rire !

    http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/grande-bretagne-nucleaire-toshiba-prend-60-de-nugen-gdf-suez-garde-40-943032.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*